"A l'aube  du jour de l'Ours, une décade et demie après le jour de la Terre, sept personnes émergèrent difficilement d'entre les rochers, par le même chemin qu'elles avaient emprunté deux lunes plus tôt. Les soldats postés là observèrent avec incrédulité le duc Reyan, fatigué, les yeux vides de toute expression, et Rafa de Griteh, les cheveux brûlés et la face noircie, transporter sur une civière de fortune le roi Arkane de Junine, blessé à la tête et pressant un garrot rouge sur le moignon de son bras gauche (...)."
Paul Grimbert (le secret de Ji)


Il est difficile de parler d'une fresque barbare aussi brutale et majestueuse qu'un Conan le Barbare.
Plus dure et vicieuse que le film de Millius, l'épopée de plus de 30 tomes du manga Berserk pousse et malmène l'univers de la Dark Fantasy à un point de non-retour dans la violence, le sordide pour adultes a travers un haut Moyen-âge plus fidèle que les maigres images d'Epinal qu'on tente toujours vainement de nous imposer. L'époque ne laisse alors aucunement place au sentimentalisme et rares sont ceux qui peuvent jouir d'une digne et heureuse vie s'ils ne sont pas issus de la noblesse.
Pourtant à travers ce manga enveloppé sous plastique à la vente (avec le sympathique autocollant qui donnerait plus d'une fois la peste crétiniste du préjugé a plus d'une mère de famille), tout n'est pas que violence excessive et dépassé le premier aperçu des deux premiers tomes peu intéressants, la lecture devient aussi riche et passionnante que le dessin, bourré a foison de détails formidables (le dessin est magnifique) pour s'imposer comme une oeuvre culte.

Surtout, au délà de son aspect sombre, Berserk est avant tout l'histoire d'une amitié déchue entre deux hommes pourtant inséparables qui se terminera très mal pour laisser place a une haine conflictuelle implacable et démesurée...


berserke2
Casca, seule femme au sein d'une troupe de mercenaires.
Au délà, point zéro, solitude de la neige
.

I. Au commencement était la chair.


Dans les 2 premiers tomes, nous découvrons donc les mésaventures sanglantes de Guts surnommé aussi le Guerrier noir de par l'étrange renommée qui court sur lui. Borgne, vêtu de noir, arborant une grande épée de plus de 2 mètres difficilement maniable ainsi qu'un bras artificiel doté d'un canon mais aussi d'une glissière permettant d'aposer une arbalète, Guts malgré ses rares moments d'humanité est une machine a tuer d'une incroyable puissance assez antipathique. Trait froid, violence de l'action, personnage trop mystérieux auquel il est impossible de s'attacher véritablement, les deux premiers tomes rebuteraient même un aveugle tant ils n'apportent rien.

Pourtant dès le 3e tome, Kentaro Miura, balaie presque totalement ce qui était raconté dans les 2 premiers tomes, imposant non seulement un personnage des plus importants ayant perdu toute humanité, caché dans les replis d'une dimension parallèle, l'ancien ami de Guts, Griffith maintenant devenu son pire ennemi. C'est alors l'occasion pour l'auteur d'amorcer pendant plus de 12 tomes un important Flashback où tout sera dévoilé au lecteur : comment Guts s'est lié d'amitié progressivement avec Griffith, Comment a t'il perdu son oeil puis son bras et surtout, comment Griffith a t'il pu devenir un surhomme voué au mal.

berserke5
Guts enfant. L'errance et la fuite de la mort dans les champs de bataille ou les poursuites...
(lecture de droite à gauche et haut en bas)

Guts naît in extremis d'une mère pendue dans une ambiance apocalyptique de maladies. L'enfant aurait pu mourir dans la boue mais la volonté de vivre plus forte que tout lui donna la chance de pousser son premier cri près de mercenaires ambulants. Recueuilli par Sis, la jeune compagne de Gambino, le chef de la troupe, ayant perdu son enfant lors d'un accouchement, il n'aura guère d'amour de celle-ci puisqu'elle meurt alors qu'il a 3 ans. Elevé alors à la dure par Gambino sur les champs de bataille comme écuyer, puis progressivement frondeur et manieur d'épée, Guts ne doit sa survie qu'au fait de son audace et de son maniement toujours plus poussé de la lame.

Puis un soir, tout bascule. Guts se fait violer par un mercenaire de la troupe, lequel sera tué à l'arbalète quelques jours après par notre antihéros mais le mal est fait, Guts se repliera toujours plus sur lui-même, ne laissant personne le toucher, pas même les femmes. Sa méfiance envers le genre humain grandira d'autant plus avec le temps qu'il tuera accidentellement son père adoptif a 11 ans avant de s'enfuir, poursuivi par pratiquement toute la troupe, une flèche plantée dans l'omoplate (scan au dessus) et le début d'une longue errance noire et seule...

berserke7
Griffith. Jeune, incroyablement beau,intelligent, brillant stratège mais aussi implacable personnage très froid et hautain tout en étant charismatique et puissant...

Guts à 15 ans est devenu un mercenaire indépendant qui s'allie le temps de quelques batailles à des troupes dans l'espoir de toucher un peu plus. Remarqué pendant un fait d'arme, il est abordé par des hommes de Griffith qui veulent le dépouiller, en vain puisqu'ils sont expédiés très rapidement ad pâtres. C'est alors Casca qui s'interpose pour le calmer, tout aussi vainement tant Guts semble maître dans l'épée et au moment où tout semble presque perdu pour elle, Griffith entre en scène et avec une facilité déconcertante blesse Guts.

Mais ne le tue pas.

Ce que Griffith a en tête est d'avoir Guts pour lui, à sa solde, dans sa troupe. Déjà calculateur le Griffith ? On ne peut être sûr tant le personnage semble insaisissable en lui-même. Toujours est il que ça ne fera qu'attiser la colère de Guts qui le reprovoquera en duel...Et reperdra : face au guerrier rageur et bouillonant d'ardeur et de colère, Griffith semble inattaquable et pare à tout ses coups avec une rapidité et une maîtrise sans pareilles pour au final l'emporter et alors décider de faire de lui, non pas son esclave mais son homme de main.

berserke8
"Je t'ai eu. Tu es mien désormais...Tu m'appartiens."
(lecture de droite a gauche et haut en bas)

Et lentement entre les deux hommes naîtra une confiance, une amitié profonde, faite de prises d'armes ensemble, secrets et confidences abordées, ce qui rendra rapidement jalouse Casca, seconde du jeune commandant de la troupe du Faucon (la bande de Griffith), laquelle voue une admiration proche de l'amour a Griffith, lequel ne s'en aperçoit pas vraiment, poursuivant son rêve de grandeur de plus en plus loin. Les faits d'armes rapprocheront la troupe de Griffith de la noblesse qui se verra confier des missions de plus en plus importantes jusqu'a l'anoblissement de celle-ci. Il ne resterait plus alors qu'a Griffith qu'a épouser la princesse pour bénéficier alors de son royaume. Ce serait presque trop beau, trop facile en apparence, mais tout semble réussir à l'inattaquable et brillant Griffith.

Tout....ou presque.

berserke9
Guts/Casca, au début, des rapports assez...Brutaux. Casca reprochera toujours a Guts d'avoir pris sa place dans le coeur de Griffith...
(lecture de droite a gauche et haut en bas)

II. Plus dure sera la chute.


Parce que face a Griffith, Guts commence a avoir envie de devenir quelqu'un, de prouver que lui aussi peut-être l'égal de celui-ci et a envie de voir autre chose, de parcourir le monde et peut-être vouer son épée a d'autres causes. Prendre du recul loin d'un Griffith fatalement rongé par l'ambition et le pouvoir, lequel ne voit pas d'un bon oeil que quelque chose, qui plus est, son meilleur élèment, lui échappe et veuille voler de ses propres ailes. S'ensuivra un duel que Griffith perdra, le laissant désemparé et interdit dans le début d'un long effondrement psychologique. Par la suite Griffith se rendra dans la chambre de la princesse Charlotte et s'unira a elle sans savoir qu'une servante, interdite, épiera ses ébats et ira alors tout raconter au roi, lequel se mettra alors dans une colère profonde, arrêtera le jeune homme et le fera souffrir pendant plus d'un an de tortures...

Et c'est là, alors que de nombreuses choses sont encore a raconter que j'arrête mon récit.
Pour les curieux que l'histoire a passionnés, j'encourage vivement à lire ce manga gigantesque et passionnant, travaillant aussi bien le fond et la forme. Kentaro Miura, l'auteur se dévouant corps et âme a cette entreprise de titan (30 tomes depuis 15 ans et l'histoire n'est toujours pas finie bien au contraire...J'ajouterais que le rythme et l'intérêt ne baissent pratiquement jamais et que les dessins sont toujours hallucinants de réalisme et beauté) avec un perfectionnisme rare. On est loin d'un manga_banalement commercial comme ici... Il faut dire (et c'est tout à son honneur) que Miura s'est beaucoup documenté sur les armures, épées, mode de vie du Moyen-âge européen pour créer son univers de guerres, gueux de bas étages et autres démonieuseries.

berserke1
Casca en pleine action. Cadrages formidables de précision... (lecture de droite a gauche et haut en bas)

Oui parce que le Malin est au centre de Berserk par le biais des Beherits, Apôtres, God hands et autres "hérétiques" peu humains (et peu communs), ce qui n'empêche l'auteur d'échapper à tout manichéïsme avec brio. Il y a des "démons" dans Berserk mais ce ne sont pas non plus des "démons" comme on pourrait se l'imaginer connement, en fait ces monstres inhumains sont des humains ayant pleinement dépassés leur statut d'Hommes et pour celà ont dû faire le choix de perdre toutes émotions, toutes choses qui tenaient à coeur. Ce sont les Apôtres, créatures sous couvert d'une apparence humaine, entretenant une force et une cruauté hallucinante en plus de pouvoirs psychiques qui dépassent l'entendement. Au dessus d'eux, les Gods Hands (Miura avouait s'être inspiré à la fois d'H.R.Giger et des Cénobites crées par le romancier et cinéaste Clive Barker dans Hellraiser...), encore plus inquiétants et semblant tisser les ficelles, retranchés dans un monde parallèle et n'intervenant que lorsqu'un humain est "choisi" pour se transcender et devenir un Apôtre, voire, plus rare, un God Hand (ce que deviendra cruellement Griffith !) par le biais des Beherits, coquillages vivants a face humaines qui ne déclenchent l'ouverture dans le monde parallèle du "choisi" qu' a un moment bien donné....


apotrerosine
Apôtre Rosine. Ne vous fiez pas a son air, elle n'est pas une enfant de choeur...


Dense, violent, beau, sauvage, indompté, passionnant, sensuel (par moments oui) et d'un intérêt peu négligeable, Berserk mérite amplement son statut d'oeuvre culte et manga pour adulte.
Indispensable presque a toute bédéthèque qui se respecte...