Persistances rétiniennes...

11/10/09

Enchantement (Orson Scott Card)

enchantementcover

Enchantement - Orson Scott Card. (1999)

Au coeur de la forêt Ukrainienne, le petit Ivan découvre une jeune fille endormie sur un autel. Une présence inquiétante le pousse à s'enfuir. Des années plus tard, Ivan revient sur les lieux. Cette fois, il ose embrasser la belle... Et se retrouve précipité mille ans auparavant, dans un monde parallèle où la sorcière Baba Yaga fait peser une terrible menace.

"Enchantement" justifie bien son titre puisque premièrement la lecture en est d'autant plus agréable qu'il est le premier roman que je n'avais lu depuis fort longtemps, je renoue donc en douceur avec la lecture et c'est un véritable plaisir. Deuxièmement, je renoue également avec Orson Scott Card, auteur que je lisais beaucoup au collège et début du lycée (avant de me détourner pour lire des choses plus... glauque comme "Le festin nu") et pilier de ma bibliothèque SF (je n'ai pas ses livres qui sont orientés plus "Héroïc-fantasy" comme les chroniques d'Alvin le Faiseur par exemple, celà est donc la première oeuvre de fantasy que je lis de lui) et je suis agréablement surpris de voir que son style de conteur est resté des plus intacts. D'autant plus que le livre n'est pas un nouveau cycle en 12154 tomes et quelques comme Ender ou Alvin, c'est juste un seul tome. Et si on accroche suffisamment, ça se lit vite et bien.

Le livre est un prétexte à revisiter les contes de fée dans le décor slave sous différentes approches puisqu'on a non seulement la vision d'Ivan (20e siècle) puis, successivement de Katharina (10e siècle), dès qu'elle est libérée de son sommeil millénaire (mais pour elle, seulement quelques mois ont passés dans le royaume). Evidemment c'est une princesse, et évidemment, pour lever la malédiction de Baba Yaga, il faut qu'Ivan l'épouse et lui donne un héritier. Evidemment, c'est plus facile à dire qu'a faire quand on lit un conte pour les enfants, mais quand une personne des plus rationnelles, adolescent ou adulte se retrouve dans un simili Moyen-âge peuplé de gueux, de boue, d'esclaves quasi-nus, de rustres et j'en passe, c'est largement plus dur.




-----------------

Petit extrait du chapitre sur Baba Yaga qui suit le chapitre 7 : "Conspirations".
Baba Yaga a elle aussi des chapitres qui lui sont dédiés, permettant d'avoir en plus, le point de vue de la "méchante sorcière" où l'on sent que l'auteur s'en donne à coeur joie pour brasser les mythes avec humour.


"Yaga trouva son mari en train de déchiqueter une jambe humaine. C'était dégoûtant : l'ours avait la fourrure couverte de sang et il mettait de la viande partout; d'un autre côté, les ligaments, les tendons et les veines s'étiraient puis claquaient avec des sons intéressants. Du coup, Yaga regretta qu'Ours eut démembré le corps : elle adorait la façon dont chaque élément se détachait au reste; mais Ours refusait obstinément de dévorer les humains encore vivants, sous le médiocre prétexte qu'ils faisaient alors trop de bruit et se débattaient excessivement. Pour Yaga, ce n'était qu'une nouvelle preuve de la paresse d'Ours. On assignait vraiment l'état de Dieu à ceux qui en étaient le moins digne !
C'était néanmoins un compagnon agréable, la plupart du temps, et plus ou moins fixe : le seul mâle avec qui elle eût couché qu'elle était incapable de tuer, même si l'envie l'en démangeait parfois fortement. En conséquence, ils vivaient ensemble depuis assez longtemps pour que fût né entre eux un sentiment proche de l'affection.
"Comment te débrouilles-tu à l'épée ? demanda la sorcière à son époux. Si la perte d'un oeil ne t'empêche pas d'en manier une, je veux dire.
_ C'est le manque de pouce qui m'empêche d'en manier une." Il parlait la bouche pleine naturellement. "Je n'ai jamais eu besoin d'épée; j'arrache celles de mes ennemis d'un coup de patte, je brise le bout de leurs lances entre mes mâchoires, et puis je leur rugis sous le nez si fort qu'ils en font dans leurs braies et qu'ils s'enfuient tout puants dans les bois.
_ Le fiancé de Katherina --tu sais bien, celui qui t'a crevé l'oeil--, celui-là n'a pas fait dans ses braies n'est-ce pas ?"
Ours pencha la tête pour rassembler ses souvenirs.
"N'empêche qu'il s'est mis à courir.
_ Mais pas pour s'enfuir. Je me rappelle très bien qu'il a couru en rond sans arrêt jusqu'à mélanger ta pauvre cervelle. Ah non : tu étais déjà comme ça.
_ On est pas de très bonne humeur aujourd'hui, on dirait, mon amour ? fit Ours.
_ Il s'entraîne à l'épée, il fait des exercices tous les jours, des heures durant, avant de rentrer en tenant à peine sur ses jambes dans la chaumière sordide que Matfeï appelle un palais et de s'écrouler sur son lit. Il soulève des sacs de pierre accrochés à un joug pour se muscler les cuisses et le dos, il apprend aux fabricants de flèches à produire des javelots légers avec une pointe en métal dur et il enseigne aux jeunes à les lancer. Il serait bien capable de ressembler à un roi un jour. Bref il devient gênant.
_ Ma pauvre Baba Yaga !" Ours laissa tomber l'os par terre. Plus tard, un serviteur l'apporterait au cuisinier pour l'ajouter au ragoût destiné aux prisonniers et aux esclaves, néanmoins l'incurie de son mari agaça la sorcière. Et son ironie aussi lorsqu'il ajouta une petite pique : "Raconter partout qu'il avait porté une robe devait causer sa ruine, disais-tu, à ce qu'il me semble.
_ ça marchera", répondit Yaga d'un ton hargneux, tout en sachant que l'histoire du bliaud n'avait pas eu tout à fait le résultat escompté. "En tout cas, ça peut encore marcher. Apparemment, les gens ont laissés passer la rumeur, mais ils attendent peut-être qu'il commette une grosse erreur et alors ils diront : on s'en doutait bien; après tout, il a porté une robe.
"


-------------------



Card s'amuse à mêler vaudeville, histoire de moeurs et choc des cultures (Ivan est regardé bizarrement dès son arrivée dans cet autre monde pour avoir entouré un des vêtements de Katherina autour de sa taille --en passant dans ce monde, il était nu comme un ver-- comme l'indique l'extrait. Pour ses gens qui commancent à se convertir au christianisme, qu'un étranger, même pas chevalier, encore plus maigre qu'un paysan, s'habille en fille --même si il est à poil et qu'il se gêle les gonades--, c'est mal :mrgreen:  :uhuh: ), considérations historiques (par les pensées d'Ivan), détails parfois croustillants et/ou gores, lyrisme et bien d'autres choses dans le creset du cliché commun aux contes de fées : une sorcière, une jeune fille endormie à réveiller d'un enchantement par un prince sur son fier destrier, un dragon... Sauf que dans cette relecture moderne de "La belle au bois dormant", la sorcière est une petite vieille sadique, le dragon est remplacé par un ours paresseux (mais non moins dangereux), la princesse est une enfant gâtée et le "preux" chevalier, un pauvre étudiant en littérature... Celà n'empêche nullement l'auteur de livrer une petite réflexion en profondeur sur les comportements à travers deux époques (par exemple, Katerina veut se marier et avoir un héritier uniquement pour l'avenir du royaume. Ivan préférerait d'abord aimer et avoir une relation justement par amour et non par devoir, ce que la belle ne comprend pas) tout comme des questions intéressantes sur la survivance de la mémoire et de l'identité d'une culture en voie de disparition (Ivan date le village à peu près 20 ans après la naissance officielle de l'alphabet cyrillique. Il comprend aussi que celui-ci disparaîtra au moment des invasions mongoles. Le royaume est perdu d'avance et ses contes immémoriaux avec vu que le christianisme commence à apparaître de plus en plus. Sauf si il trouve un moyen de conserver cette culture slave à travers le temps, pour que les rares écrits soient conservés au XXe siècle. Problème, comme il le dit lui-même : "Si seulement il disposait d'un joli petit sac en plastique à fermeture hermétique !:mrgreen: ).

Au final, un roman passionnant qui dénote un travail de recherche du romancier assez intéressant.
Ami lecteurs de fantasy comme de science-fiction, je vous le conseille.

Posté par Nio Lynes à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


07/07/08

Blue

bluecouv

Le bleu, c'est la couleur de cette mer que contemple souvent Kayako après les cours sur son petit coin de plage désert, jardin secret dans lequel son regard se perd si souvent. C'est cet endroit qu'elle fera découvrir à la secrète Masami, élève qui fut étrangement renvoyée toute une année durant et que Kayako admire. Cette étrange attirance se change lentement en amour...

Une histoire douce sur le fil, partagée entre détails tendres, naissance de l'amitié puis de la confusion et de l'amour d'une jeune fille pour une autre et moments cruels et bouleversants sans jamais tomber dans la vulgarité ni même montrer des détails charnels. Au contraire, ce qui stupéfait, étonne et donne une certaine admiration envers Kiriko Nananan et son oeuvre, c'est son style très épuré et complexe qui colle au plus près du corps et des visages et ses cadrages (coupes du visage, gros plans, décors vides qui peuvent occuper les 3/4 de la case...). Et c'est de ce style que va naître lentement l'émotion pour se propager en tout notre être.

blue3

blue4

blue5

blue6

blue7

Chronique adolescente faite de mélange entre pensées (on est directement dans la tête et les questionnements de Kayako), envies et instants présents; Kiriko Nananan tisse lentement une toile du mal-être où la sexualité et les sentiments sont clairement intériorisés (pour se libérer en rares mouvements fulgurants parfois) à l'image de ses jeunes filles qui errent en tourments, incapables souvent de dire ce qu'elles ont sur le coeur jusqu'a ce que ça les dévore. Kayako est sans le savoir tellement inquiète d'elle-même et de ses choix qu'elle couche à un moment avec un garçon "comme ça", juste pour voir si elle préfère pas l'être du même sexe à celui du sexe opposé.

blue8

blue9

blue10

blue11

En entremêlant ainsi pensées, cadrages savamment élaborés, fragments de vie mêlées aux détails, la mangaka obtient une sorte de roman graphique qui rejoint étonnemment l'idée de zen, de précision dévouée à la calligraphie japonaise comme cette anecdote du maître qui répondait à propos de son trait si précis qu'il l'avait non pas fait en 2 secondes mais en 40 ans et deux secondes. Nananan rejoint ceci par le graphisme mais aussi le récit, savamment distillé en 10 chapitres aussi proches des 12 mois d'une année (le récit se déroule sur un an justement).

Grande et belle oeuvre.

Posté par Nio Lynes à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22/06/07

Idées Noires.

Franquin est surtout connu dans le monde de la BD franco-belge pour son personnage de Gaston et bien sûr de nombreux et inoubliables tomes de Spirou et Fantasio, mais pendant une période sombre, il sortit d'un coup deux albums (réunis aujourd'hui en une intégrale chez Fluide Glacial) qui sont autant de baffes dans la tronche d'un pauvre lecteur n'en revenant pas alors d'un humour si noir pour une BD au fond, bien noire.

frankin

Au délà des conventions, Franquin n'hésite pas et s'en prend à tout : chasseurs, pauvres, riches, patrons, ouvriers, vieux, multinationales, vacanciers... Au fond tout le monde y passe (c'est ça qui est jouissif). Et quand on a pas de cible précise, on s'en prend à l'humanité entière qu'on hésite pas a faire disparaître, zigouiller, torturer et autres sévices de fin du monde...


frankin2


Surtout, Idées Noires s'avère et reste un Ovni puisqu'avant lui on avait pas vraiment vu ça auparavant et qu'on ne l'a pas vraiment vu non plus après. L'oeuvre s'avère ne prendre aucune pincette et fait donc par là même office de réconfort, choc visuel, exutoire et tout ce qu'on pourra y voir et y mettre... Car si vous avez lu les planches, vous aussi ne pouvez rester indifférents.


frankin3


Une oeuvre cynique, ironique, bête et méchante et indispensable.

Posté par Nio Lynes à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dragonhead

Cela aurait pu commencer comme une histoire banale de voyage scolaire avec des lycéens japonais qui partent dans la province d'a côté pour voir un musée ou on ne sait quoi.

Sauf qu'il n'en sera rien et que tout basculera dans le train quand, entré dans un tunnel celui-ci, il se produit un tremblement violent qui renverse les wagons et provoque un éboulement des deux côtés des issues. A l'intérieur d'un wagon, Teru, un djeunz se réveille dans le noir, les décombres. Il fait de plus en plus chaud, il a du mal a respirer et surtout à voir quelque chose dans le noir. Alors quand il parvient à mettre la main sur quelque chose qui à la forme d'un briquet, il l'allume et...


dragonheadeu3

Lecture de droite à gauche (sens de lecture japonais). Avant la catastrophe (cliquez pour voir en plus grand)...

dragonheadeu4

...Pendant (cliquez pour voir en plus grand)...

dragonheadeu

...Après. Teru trouve un briquet et...


Dragonhead se place d'emblée comme un manga pour adulte qui évite tout sentimentalisme, toutes situations de quiproquo entre djeunzs ou rien. Du début, l'auteur balaie tout avec violence pour ne garder que trois survivants : Teru, une jeune fille (Aki) et un autre garçon, lui, complètement et sérieusement fêlé, ce qui permet au mangaka de placer en plus du sentiment de peur et claustrophobie, une complète paranoïa envers une situation poisseuse qui empire d'heures en heures.


Mais surtout, ce qui fait la force de Dragonhead, c'est d'aller encore plus loin qu'un simple pitch d'angoisse claustrophobe parce que hormi le train, on s'aperçoit bien après avec horreur que c'est tout le pays qui a sombré dans le chaos le plus total. Bien sûr dès le début, Teru capte dans une radio du train quelques bribes de dialogues étranges dont "état d'urgence" et "fin du monde". Une fin du monde qui semblera hanter le lecteur tout au lond des 10 tomes du récit. Et rien ne sera fait pour le rassurer : bien sûr le passage du train dans les 2 premiers tomes est une géniale entrée en matière mais il faut ensuite compter avec les survivants dans un paysage inhumain : routes craquelées, coulées de boue, pluies noires de cendres, animaux abattus ou morts sur les chemins, presqu'îles inondées et villes entières désertées.


Et la solution ne sera donnée au lecteur que dans le dernier tome de la série dans un Tokyo vide et peuplé de cadavres.

Glaçant.

dragonheadeu6

(cliquez pour voir en plus grand)

dragonheadeu11

(cliquez pour voir en plus grand)...

L'autre grande force de la série, outre ses partis-pris (scénaristiques ou graphiques, comme vous le voyez, c'est assez réaliste) et l'absence de clichés, c'est que l'auteur nous balade avec une déconcertante facilité. Vous croyez que le héros c'est Teru ? Faux et c'est là le piège. N'importe qui peut mourir (le pilote devenu ami des deux jeunes par exemple) et certaines rencontres ne sont qu'éphémères...Comme dans la réalité.

Dragonhead est pour moi une oeuvre indispensable. Si vous ne deviez avoir qu'un seul manga, peut-être devriez vous prendre celui-ci.

Posté par Nio Lynes à 00:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19/05/07

Berserk

"A l'aube  du jour de l'Ours, une décade et demie après le jour de la Terre, sept personnes émergèrent difficilement d'entre les rochers, par le même chemin qu'elles avaient emprunté deux lunes plus tôt. Les soldats postés là observèrent avec incrédulité le duc Reyan, fatigué, les yeux vides de toute expression, et Rafa de Griteh, les cheveux brûlés et la face noircie, transporter sur une civière de fortune le roi Arkane de Junine, blessé à la tête et pressant un garrot rouge sur le moignon de son bras gauche (...)."
Paul Grimbert (le secret de Ji)


Il est difficile de parler d'une fresque barbare aussi brutale et majestueuse qu'un Conan le Barbare.
Plus dure et vicieuse que le film de Millius, l'épopée de plus de 30 tomes du manga Berserk pousse et malmène l'univers de la Dark Fantasy à un point de non-retour dans la violence, le sordide pour adultes a travers un haut Moyen-âge plus fidèle que les maigres images d'Epinal qu'on tente toujours vainement de nous imposer. L'époque ne laisse alors aucunement place au sentimentalisme et rares sont ceux qui peuvent jouir d'une digne et heureuse vie s'ils ne sont pas issus de la noblesse.
Pourtant à travers ce manga enveloppé sous plastique à la vente (avec le sympathique autocollant qui donnerait plus d'une fois la peste crétiniste du préjugé a plus d'une mère de famille), tout n'est pas que violence excessive et dépassé le premier aperçu des deux premiers tomes peu intéressants, la lecture devient aussi riche et passionnante que le dessin, bourré a foison de détails formidables (le dessin est magnifique) pour s'imposer comme une oeuvre culte.

Surtout, au délà de son aspect sombre, Berserk est avant tout l'histoire d'une amitié déchue entre deux hommes pourtant inséparables qui se terminera très mal pour laisser place a une haine conflictuelle implacable et démesurée...


berserke2
Casca, seule femme au sein d'une troupe de mercenaires.
Au délà, point zéro, solitude de la neige
.

I. Au commencement était la chair.


Dans les 2 premiers tomes, nous découvrons donc les mésaventures sanglantes de Guts surnommé aussi le Guerrier noir de par l'étrange renommée qui court sur lui. Borgne, vêtu de noir, arborant une grande épée de plus de 2 mètres difficilement maniable ainsi qu'un bras artificiel doté d'un canon mais aussi d'une glissière permettant d'aposer une arbalète, Guts malgré ses rares moments d'humanité est une machine a tuer d'une incroyable puissance assez antipathique. Trait froid, violence de l'action, personnage trop mystérieux auquel il est impossible de s'attacher véritablement, les deux premiers tomes rebuteraient même un aveugle tant ils n'apportent rien.

Pourtant dès le 3e tome, Kentaro Miura, balaie presque totalement ce qui était raconté dans les 2 premiers tomes, imposant non seulement un personnage des plus importants ayant perdu toute humanité, caché dans les replis d'une dimension parallèle, l'ancien ami de Guts, Griffith maintenant devenu son pire ennemi. C'est alors l'occasion pour l'auteur d'amorcer pendant plus de 12 tomes un important Flashback où tout sera dévoilé au lecteur : comment Guts s'est lié d'amitié progressivement avec Griffith, Comment a t'il perdu son oeil puis son bras et surtout, comment Griffith a t'il pu devenir un surhomme voué au mal.

berserke5
Guts enfant. L'errance et la fuite de la mort dans les champs de bataille ou les poursuites...
(lecture de droite à gauche et haut en bas)

Guts naît in extremis d'une mère pendue dans une ambiance apocalyptique de maladies. L'enfant aurait pu mourir dans la boue mais la volonté de vivre plus forte que tout lui donna la chance de pousser son premier cri près de mercenaires ambulants. Recueuilli par Sis, la jeune compagne de Gambino, le chef de la troupe, ayant perdu son enfant lors d'un accouchement, il n'aura guère d'amour de celle-ci puisqu'elle meurt alors qu'il a 3 ans. Elevé alors à la dure par Gambino sur les champs de bataille comme écuyer, puis progressivement frondeur et manieur d'épée, Guts ne doit sa survie qu'au fait de son audace et de son maniement toujours plus poussé de la lame.

Puis un soir, tout bascule. Guts se fait violer par un mercenaire de la troupe, lequel sera tué à l'arbalète quelques jours après par notre antihéros mais le mal est fait, Guts se repliera toujours plus sur lui-même, ne laissant personne le toucher, pas même les femmes. Sa méfiance envers le genre humain grandira d'autant plus avec le temps qu'il tuera accidentellement son père adoptif a 11 ans avant de s'enfuir, poursuivi par pratiquement toute la troupe, une flèche plantée dans l'omoplate (scan au dessus) et le début d'une longue errance noire et seule...

berserke7
Griffith. Jeune, incroyablement beau,intelligent, brillant stratège mais aussi implacable personnage très froid et hautain tout en étant charismatique et puissant...

Guts à 15 ans est devenu un mercenaire indépendant qui s'allie le temps de quelques batailles à des troupes dans l'espoir de toucher un peu plus. Remarqué pendant un fait d'arme, il est abordé par des hommes de Griffith qui veulent le dépouiller, en vain puisqu'ils sont expédiés très rapidement ad pâtres. C'est alors Casca qui s'interpose pour le calmer, tout aussi vainement tant Guts semble maître dans l'épée et au moment où tout semble presque perdu pour elle, Griffith entre en scène et avec une facilité déconcertante blesse Guts.

Mais ne le tue pas.

Ce que Griffith a en tête est d'avoir Guts pour lui, à sa solde, dans sa troupe. Déjà calculateur le Griffith ? On ne peut être sûr tant le personnage semble insaisissable en lui-même. Toujours est il que ça ne fera qu'attiser la colère de Guts qui le reprovoquera en duel...Et reperdra : face au guerrier rageur et bouillonant d'ardeur et de colère, Griffith semble inattaquable et pare à tout ses coups avec une rapidité et une maîtrise sans pareilles pour au final l'emporter et alors décider de faire de lui, non pas son esclave mais son homme de main.

berserke8
"Je t'ai eu. Tu es mien désormais...Tu m'appartiens."
(lecture de droite a gauche et haut en bas)

Et lentement entre les deux hommes naîtra une confiance, une amitié profonde, faite de prises d'armes ensemble, secrets et confidences abordées, ce qui rendra rapidement jalouse Casca, seconde du jeune commandant de la troupe du Faucon (la bande de Griffith), laquelle voue une admiration proche de l'amour a Griffith, lequel ne s'en aperçoit pas vraiment, poursuivant son rêve de grandeur de plus en plus loin. Les faits d'armes rapprocheront la troupe de Griffith de la noblesse qui se verra confier des missions de plus en plus importantes jusqu'a l'anoblissement de celle-ci. Il ne resterait plus alors qu'a Griffith qu'a épouser la princesse pour bénéficier alors de son royaume. Ce serait presque trop beau, trop facile en apparence, mais tout semble réussir à l'inattaquable et brillant Griffith.

Tout....ou presque.

berserke9
Guts/Casca, au début, des rapports assez...Brutaux. Casca reprochera toujours a Guts d'avoir pris sa place dans le coeur de Griffith...
(lecture de droite a gauche et haut en bas)

II. Plus dure sera la chute.


Parce que face a Griffith, Guts commence a avoir envie de devenir quelqu'un, de prouver que lui aussi peut-être l'égal de celui-ci et a envie de voir autre chose, de parcourir le monde et peut-être vouer son épée a d'autres causes. Prendre du recul loin d'un Griffith fatalement rongé par l'ambition et le pouvoir, lequel ne voit pas d'un bon oeil que quelque chose, qui plus est, son meilleur élèment, lui échappe et veuille voler de ses propres ailes. S'ensuivra un duel que Griffith perdra, le laissant désemparé et interdit dans le début d'un long effondrement psychologique. Par la suite Griffith se rendra dans la chambre de la princesse Charlotte et s'unira a elle sans savoir qu'une servante, interdite, épiera ses ébats et ira alors tout raconter au roi, lequel se mettra alors dans une colère profonde, arrêtera le jeune homme et le fera souffrir pendant plus d'un an de tortures...

Et c'est là, alors que de nombreuses choses sont encore a raconter que j'arrête mon récit.
Pour les curieux que l'histoire a passionnés, j'encourage vivement à lire ce manga gigantesque et passionnant, travaillant aussi bien le fond et la forme. Kentaro Miura, l'auteur se dévouant corps et âme a cette entreprise de titan (30 tomes depuis 15 ans et l'histoire n'est toujours pas finie bien au contraire...J'ajouterais que le rythme et l'intérêt ne baissent pratiquement jamais et que les dessins sont toujours hallucinants de réalisme et beauté) avec un perfectionnisme rare. On est loin d'un manga_banalement commercial comme ici... Il faut dire (et c'est tout à son honneur) que Miura s'est beaucoup documenté sur les armures, épées, mode de vie du Moyen-âge européen pour créer son univers de guerres, gueux de bas étages et autres démonieuseries.

berserke1
Casca en pleine action. Cadrages formidables de précision... (lecture de droite a gauche et haut en bas)

Oui parce que le Malin est au centre de Berserk par le biais des Beherits, Apôtres, God hands et autres "hérétiques" peu humains (et peu communs), ce qui n'empêche l'auteur d'échapper à tout manichéïsme avec brio. Il y a des "démons" dans Berserk mais ce ne sont pas non plus des "démons" comme on pourrait se l'imaginer connement, en fait ces monstres inhumains sont des humains ayant pleinement dépassés leur statut d'Hommes et pour celà ont dû faire le choix de perdre toutes émotions, toutes choses qui tenaient à coeur. Ce sont les Apôtres, créatures sous couvert d'une apparence humaine, entretenant une force et une cruauté hallucinante en plus de pouvoirs psychiques qui dépassent l'entendement. Au dessus d'eux, les Gods Hands (Miura avouait s'être inspiré à la fois d'H.R.Giger et des Cénobites crées par le romancier et cinéaste Clive Barker dans Hellraiser...), encore plus inquiétants et semblant tisser les ficelles, retranchés dans un monde parallèle et n'intervenant que lorsqu'un humain est "choisi" pour se transcender et devenir un Apôtre, voire, plus rare, un God Hand (ce que deviendra cruellement Griffith !) par le biais des Beherits, coquillages vivants a face humaines qui ne déclenchent l'ouverture dans le monde parallèle du "choisi" qu' a un moment bien donné....


apotrerosine
Apôtre Rosine. Ne vous fiez pas a son air, elle n'est pas une enfant de choeur...


Dense, violent, beau, sauvage, indompté, passionnant, sensuel (par moments oui) et d'un intérêt peu négligeable, Berserk mérite amplement son statut d'oeuvre culte et manga pour adulte.
Indispensable presque a toute bédéthèque qui se respecte...

Posté par Nio Lynes à 12:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


29/04/07

Michael

Michael (de Makoto Kobayashi) est un court manga édité chez nous par Glénat. 3 tomes seulement pour de courtes histoires de gags absurdes et remplis de non-sens quand ça ne vire pas dans le potache ou une pincée de tendresse. Michael, c'est un chat. Un gros chat roux, l'égal de Garfield si vous préférez mais Makoto Yukimura avec son style à mi-chemin entre réalisme et caricature ne s'y est pas trompé : Observant l'animal en lui-même (il doit avoir un chat c'est pas possible), il le retranscrit tout en observant un décalage des plus drôles.
Et passé les 3 tomes de ce manga originaire de 1994, on a qu'une seule envie, c'est d'y revenir.
Car Michael au fond est devenu notre animal de compagnie, un copain qui dort paisiblement sur l'étagère, ronronne par moments.

Voici un extrait d'une des histoires...

michaelun

michaeldeu

michaeltroi

michaelquatre

michaelkintre

Par la suite Kobayashi nous livra un manga plus ou moins érotique avec pour titre une chanson de Led Zeppelin (!) et....C'est toujours aussi fendard et bienvenue.

Posté par Nio Lynes à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01/04/07

Azumanga Daioh

Azumanga Daioh est arrivé tardivement dans nos contrées. Sorte de concentré de strips passant dans un journal (leur équivalent du Garfield, ou Calvin et Hobbes qui passent en petits strips quotidiens chez nous dans les journeaux) à l' humour quasi absurde (les fans des Monthy pythons et de manga vont adorer, les autres risquent d' être un peu perdus certes) à mourir de rire. Pour continuer à dépenser ses sous jusqu' au bout, il existe une série animée vendue chez Kaze editions mais je vous conseille largement le manga de base dont j' ai mis quelques planches en cadeau. C' est à lire de droite a gauche (donc ici vous commencez par le strip vertical "j'ai peur").


azumangaouane

azumangadeuuuux

Le manga raconte la vie quotidienne de 6 jeunes lycéenne (au départ elles sont 5, Kagura n' arrivera qu' un an après) dans leur établissement scolaire ainsi que deux de leurs profs (trois en rajoutant Kimura le prof de français limite obsédé sexuel), aussi infantiles qu'elles. Enfin façon de parler puisque dans ces 6 jeunes filles, on a Chiyo la surdouée de 10 ans; Yomi l' élève intello à lunette; Sakaki la plus âgée, véritable femme enfant qui adore les chats, lesquels eux ne l' aime guère; Tomo la chieuse hyperactive et énergique; Kagusa appelée aussi Osaka, car originaire de cette région, tout le monde la prend limite pour une retardé...Un peu comme nous avec les picards --petite pointe ironique personnelle huhu--, enfin Kagura, sorte de clone de Tomo. Comme si déjà avec l'une ce n' était pas suffisant...
Les 4 tomes fournissent l' occasion de voir leurs aventures de la seconde à l' année du bac.

azyuquatreazyutrois

Assurément une oeuvre fraîche, rigolote, absurde et décalée à découvrir...

Posté par Nio Lynes à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02/01/07

La Mary Celeste...

La mer a toujours fasciné les esprits,suscitant un grand nombre d'histoires colportées par des marins à l'imagination enflamée.L'une d'elles, l'énigme de la mary celeste, contribue largement à entretenir le mythe des vaisseaux fantômes.

Le 5 décembre 1872,le dei gratias, commandé par le capitaine morehouse,se trouve a environ 600 milles au large des côtes portuguaises,lorsqu'il croise un bateau,la mary celeste,qui zigzague curieusement et dont presque toutes les voiles sont carguées.

Un équipage évanoui...

Le batiment ne répondant pas aux signaux,Morehouse le rejoint et demande à trois de ses hommes de monter a bord.Les marins visitent le vaisseau qui se révèle désert et sans canot de sauvetage.Dans les cales ils découvrent 1700 fûts d'alcool et des vivres pour au moins 6 mois.
Le bateau est en bon étât,malgré une grosse quantité d'eau dans l'entrepont et les cales.En revanche, le sextant, le chronomètre et les livres de navigation ont disparu.Le journal de bord s'arrête au 25 novembre, ce qui laisse à penser que le vaisseau a dérivé seul pendant plus de 15 jours et parcouru environ 500 milles.
D'autres surprises attendent les marins,notamment le fait que les 6 fenêtres des logements de l'arrière sont condamnés par de la toile et des planches.L'équipage semble avoir quitté précipitamment le vaisseau sans raison évidente,pour disparaître a jamais.

une enquête difficile...

La Mary Celeste est ramenée au port de Gibraltar et examinée par les autorités judiciaires.Les résultats se révèlent décevants,à l'exception faite d'une entaille récente longue de 2 mètres,située au dessus de la ligne de flottaison.Des traces rougeâtres sont relevées sur le bastinguage mais des expertises ultérieures prouvent qu'il ne s'agit,en fait,que de rouille.
L'hypothèse du procureur général Solly Flood est que l'équipage de la Mary Celeste s'est enivré et a assassiné le capitaine ,un certain Briggs,ainsi que sa femme,sa petite fille et le lieutenant.Les marins auraient ensuite endommagé le vaisseau pour donner l'illusion d'avoir été contraints de l'abandonner après avoir heurté des rochers; puis ils seraient partis sur les canots de sauvetage.
Mais comme aucune trace de violence ne peut être constatée,cette explication ne convainc pas tout le monde.
Selon le lieutenant Deveau du Dei Gratias,les marins, éffrayés par la grande quantité d'eau ayant envahi les cales on ne sait pour quelle raison,auraient abandonnées le vaisseau pensant qu'il était perdu.
Pour lui l'équipage est probablement mort en mer.
Sitôt connu,le mystère de la Mary Celeste fait la une des journeaux dans le monde entier ; par la suite, l'enquête n'étant pas parvenue à résoudre l'égnigme,les magasines demandent à des auteurs de concevoir une explication.

Des réponses romanesques...

Conan Doyle et H.G.Wells répondent à l'appel.Les années passant,les solutions les plus diverses sont proposées : île volcanique qui aurait soulevé momentanément le vaisseau, attaque d'un poulpe géant,folie collective,empoisonnement, et même intervention d'extraterrestres !
Un journaliste du nom de William Klein imagine, quant à lui, une escroquerie montée par Morehouse et Briggs pour toucher et se partager la prime de sauvetage.Mais une telle mise en scène suppose beaucoup d'éfforts pour un résultat somme toute modeste,l'équipage du dei gratias n'ayant reçu, à titre de prime de sauvetage,que 8528 dollars,soit le 5eme de la valeur de la cargaison.
La légende ne cesse cepandant de s'embellir et certains élements merveilleux sont ajoutés après coup, comme la prétendue découverte dans la cuisine de la Mary Celeste d'un poulet encore chaud et de tasses de thé fumantes,accessoires qui accentuent le caractère mystérieux du cas.
En 1885, la Mary Celeste s'échoue une dernière fois,emportant à jamais son secret qui demeure un des plus célèbres de l'histoire de la mer.


Extrait des "Grandes énigmes de l'humanité".

Posté par Nio Lynes à 00:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17/09/06

Destins Tordus - Woody Allen

woodycouv

Un livre de l'ami Woody Allen où l'on retrouve le style du réalisateur entre humour, réflexions philosophiques désabusées sur la vie et d'autres petits sujets chers à Woody tel que les femmes et l'adultère. Bref pour les habitués du Woody, on est en terrain connu, les autres passeront néanmoins un bon moment. Je met l'intégralité d'une des 16 nouvelles qui compose ce recueuil, enjoy !



In Memoriam.

Un mois déjà s'est écoulé, et j'ai toujours du mal à croire que Sandor Needleman est mort. J'ai pourtant assisté a sa crémation; à la demande de son fils, j'avais même apporté les saucisses, mais nous ne pensions qu'a notre douleur.

Needleman avait constamment été obsédé par ses funérailles. Il m'avait déclaré un jour : "Je préfère l'incinération à l'enterrement, et les deux à un week-end avec ma femme." Il finit par choisir la crémation et fit don de ses cendres à l'université de Heidelberg, qui les dispersa aux quatre points cardinaux, puis engagea l'urne au mont-de-piété.

Il me semble le voir encore, avec son costume froissé et son sweater gris. La tête remplie de sujets fondamentaux, il oubliait fréquemment d'ôter le cintre avant d'enfiler son veston. Comme je lui rappelais cette distraction un jour, lors d'une remise de diplômes à Princeton, il sourit tranquillement et dit : "Très bien. Laissons croire à mes contradicteurs qu' au moins j'ai les épaules larges." Deux jours plus tard, il fut interné à Bellevue pour avoir tressailli pendant un colloque avec Stravinsky.

Needleman souffrit toujours de l'incompréhension. On prenait sa réserve pour de la froideur, mais il avait en lui des trésors de compassion; un jour, après avoir assisté à une catastrophe minière particulièrement épouvantable, il fut incapable d'achever une deuxième portion de gaufres. Son mutisme, de même, déroutait ses interlocuteurs, mais il considérait la parole comme une méthode de communication défectueuse et préférait tenir ses conversations les plus intimes par le truchement de l'alphabet morse.

Quand il fut congédié de sa chaire à l'université Columbia à la suite de sa polémique avec le directeur de l'établissement, qui était à l'époque Dwight Eisenhower, il attendit à la porte le célèbre ex-général avec une tapette et le battit jusqu'à ce qu'Eisenhower coure se réfugier dans un magasin de jouets. (Les deux hommes s'étaient violemment opposés en public au sujet de la cloche qui sonnait entre deux heures de cours. Pour l'un, elle signifiait la fin d'un cours, pour l'autre le commancement du cours suivant.)

Needleman avait toujours eu l'espoir d'une mort paisible. "Parmi mes livres et mes papiers, comme mon frère Johann." (Le frère de Needleman était mort d'étouffement dans un tiroir de son bureau tandis qu'il cherchait son dictionnaire de rimes.)

Qui eût pu penser que Needleman, alors qu'il regardait tranquillement la démolition d'un immeuble pendant son heure de déjeuner, serait frappé sur la tête par la flèche d'une grue ? Le coup fut inattendu et Needleman expira avec un grand sourire. Ses dernière paroles, ô combien égnigmatiques, furent : "Non, merci, pas de pingouin, j'en ai déjà un."

Au moment de son trépas, Needleman travaillait, comme toujours, sur plusieurs choses. Il élaborait une éthique ayant pour base sa théorie selon laquelle "un comportement bon et honnête n'est pas seulement moral, mais peut également être pratiqué par téléphone". Il avait aussi écrit à moitié une nouvelle théorie de sémantique démontrant (il insistait beaucoup sur ce point) que la parole est innée mais que le gémissement est acquis. Il mettait enfin la dernière main à un nouveau livre sur l'Holocauste. En édition expurgée. Needleman avait toujours été obsédé par le problème du mal, et démontrait avec une réelle force de conviction que le véritable mal n'était possible que s'il était perpetré par un nommé Blackie ou Pete. On se souvient que son propre flirt avec le national-socialisme avait fait scandale dans les milieux intellectuels, bien que, malgré tous ses efforts, il n'ait jamais réussi à maîtriser le pas de l'oie.

Le nazisme n'avait été pour lui qu'une simple réaction contre la philosophie académique, une position paradoxale adoptée principalement pour enquiquinner ses amis. Après quoi, il leur chatouillait le visage avec une feinte excitation et s'écriait : "Ah, ah ! Poisson d'avril !" Bien sûr, il est facile de critiquer sa prise de position sur Hitler de prime d'abord, mais il faut tenir compte de ses propres écrits philosophiques. Il avait réfuté l'ontologie contemporaine et affirmait que l'être humain avait précédé l'Infini, même s'il n'était pas encore muni de toutes les options. Il faisait une différence essentielle entre l'existence et l'Existence, certain que l'une était préférable à l'autre, mais sans jamais se rappeler laquelle. Pour Needleman, le libre arbitre consistait à avoir conscience de l'absurdité de la vie. "Dieu reste muet, se plaisait-il à dire, si seulement nous pouvions convaincre l'homme d'en faire autant."

L'Existence véritable, selon Needleman, ne pouvait se pratiquer que pendant le week-end, et nécessitait l'emploi d'une automobile. L'homme, d'après Needleman, n'était pas une "chose" extérieure à la nature, mais en faisait étroitement partie, etne pouvait observer sa propre existence, à moins de ne feindre d'abord l'indifférence, puis de courir le plus vite possible à l'autre extrêmité de la pièce dans l'espoir de s'apercevoir par surprise.

Pour qualifier l'évolution de l'espèce humaine, il utilisait l'expression Angst Zeit, qui signifie en traduction libre "temps d'anxiété" et suggérait que l'homme était une créature prédestinée à exister dans son époque, même si ce n'est pas là qu'on rigolait le plus. Après mûre réflexion, l'intégrité intellectuelle de Needleman le convainquit qu'il n'existait pas, que ses amis n'existaient pas, et que la seule chose qui fût bien réelle était son découvert de six millions de marks à la banque. De là vint son admiration pour la théorie National-socialiste du pouvoir, car, ainsi qu'il le disait : "J'ai pour ces chemises brunes le regard de Chimène."
Quand il lui apparut clair que le national-socialisme était exactement le genre de menaces qu'il réprouvait, il quitta Berlin. Camouflé en buisson d'aubépine et se déplaçant en crabe, trois pas rapides à la fois, il réussit à franchir la frontière sans attirer l'attention.

Needleman sillona alors l'Europe, et partout où il allait, étudiants et intellectuels, impressionnés par sa réputation, lui venaient en aide. Sur sa lancée, il trouva le temps de publier
Temps, essence et réalité (Réévaluations systématique du néant) et son délicieux traité Les Meilleurs Endroits où manger pas cher en exil. Chaïm Weizmann et Martin Buber entamèrent une collecte et firent signer des pétitions pour permettre à Needleman d'émigrer aux Etats-Unis, mais l'hotel qu'il avait choisi était complet. Quand les soldats allemands se rapprochèrent de sa cachette à Prague, Needleman se résigna finalement à gagner l'Amérique, mais un incident se produisit à l'aéroport, en raison de son excédent de bagages. Abert Einstein qui prenait le même avion, lui expliqua que s'il ôtait les embouchoirs de ses chaussures, il pourrait marcher plus commodément. A dater de ce jour, les deux hommes correspondirent fréquemment. Un jour, Einstein lui écrivit : "Vos travaux et les miens sont tout à fait similaires, bien que je ne les connaisse pas avec exactitude."

Une fois en Amérique, Needleman redevint u objet de controverse. Il publia d'abord son fameux
Que faire si le non-être vous attaque subitement ? puis son oeuvre classique sur la philosophie linguistique L'essence n'est pas essentielle pour fonctionner, qui fut portée à l'écran sous le titre Trente Secondes sur Tokyo.

Comme il se doit, on lui demanda de démissionner d'Harvard après son affiliation au Parti Communiste. Il avait la conviction que seul un système social sans inégalités économiques pouvait apporter une liberté réelle, et citait la fourmillière en exemple de société modèle. Il pouvait observer les fourmis pendant des heures, puis déclarer pensivement : "Elles sont réellement en harmonie. Si seulement leurs femelles étaient plus jolies, il n'y aurait rien à redire." Quand Needleman fut convoqué devant la Commission des activités antiaméricaines, il dénonça de nombreuses personnes, puis se justifia auprès de ses amis en citant sa propre philosophie : "Les activités politiques n'ont pas de conséquences morales, mais existent hors du domaine de l'Existence réelle." Pour une fois, la communauté universitaire resta sur une position défensive, et peu de temps après, la faculté de Princeton décida que Needleman serait roulé dans le goudron et la plume. Incidemment, Needleman utilisa le même raisonnement pour justifier sa conception de l'amour libre, mais les deux jeunes étudiantes refusèrent de collaborer, et l'une d'elles, celle qui venait d'avoir seize ans, le dénonça.

Needleman se passionna alors pour l'arrêt des expériences nucléaires et fila à Los Alamos, où lui et une bande d'étudiants refusèrent de quitter l'emplacement prévu pour une explosion atomique. Alors que le compte à rebours se déroulait, et qu'il devenait évident que l'expérience aurait quand même lieu on entendit Needleman murmurer "oh, oh" puis il se mit à courir comme un dératé. Les journeaux s'abstinrent de révéler qu'il n'avait rien mangé de la journée.

Tout le monde se rappelle le Needleman homme public : brillant, célèbre, auteur du
traité du Dandysme. Mais c'est le Needleman secret que j'évoque toujours avec émotion, le Sandor Needleman qu'on ne voyait jamais sans son chapeau favori. Par le fait, il fut incinéré avec son chapeau sur la tête, événement sans précédent d'après moi. Ou encore le Needleman qui aimait si passionnément les films de Walt Disney, et qui, malgré les explications techniques que lui avait fournies Max Planck sur le dessin animé, essaya très longtemps d'obtenir personnellement Minnie Mouse au téléphone.

Il arrivait que Needleman séjournât chez moi. Sachant qu'il affectionnait une marque particulière de thon en boîte, j'en remplis le garde-manger à son intention. Il était bien trop timide pour admettre en ma présence cette petite faiblesse, mais un jour, se croyant seul, il ouvrit toutes les boîtes et murmura rêveusement : "Vous êtes tous mes enfants."

Alors que nous étions à l'opéra de Milan avec ma fille, Needleman, à force de se pencher sur le bord de la loge, tomba dans la fosse d'orchestre. Trop fier pour admettre qu'il s'agissait d'une maladresse, il assista à toutes les représentation pendant un mois, rééditant sa chute chaque fois. Mais bientôt il souffrit d'une légère commotion cérébrale. Je lui fis remarquer qu'il pouvait cesser de tomber, ayant largement fait la preuve de son point de vue. Il répondit : "Non. Encore un peu. Ce n'est pas si terrible."

Je me rappelle le soixante-dixième anniversaire de Needleman. Sa femme lui avait offert un pyjama. Needleman ne cacha pas sa déception, ayant espéré une nouvelle Mercedes. Cepandant, et c'est typique de l'homme, il se retira dans son cabinet de travail pour s'y livrer en privé à sa crise de nerfs. Il rejoignit la réception dans une humeur excellente, et porta son pyjama pour la première de deux courtes pièces d' Arrabal.


Posté par Nio Lynes à 17:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14/09/06

L'Ecume des Jours - Boris Vian

Colin terminait sa toilette. Il s'était enveloppé, au sortir du bain, d'une ample serviette de tissu bouclé dont seuls ses jambes et son torse dépassaient. Il prit à l'étagère de verre, le vaporisateur et pulvérisa l'huile fluide et odorante sur ses cheveux clairs. Son peigne d'ambre divisa la masse soyeuse en longs filets orange pareils aux sillons que le gai laboureur trace à l'aide d'une fourchette dans de la confiture d'abricots. Colin reposa le peigne et, s'armant du coupe-ongles, tailla en biseau les coins de ses paupières mates, pour donner du mystère à son regard. Il devait recommencer souvent, car elles repoussaient vite. Il alluma le petite lampe du miroir grossissant et s'en approcha pour vérifier l'état de son épiderme. Quelques comédons saillaient aux alentours des ailes du nez. En se voyant si laids dans le miroir grossissant, ils rentrèrent prestement sous la peau et, satisfait, Colin éteignit la lampe. Il détacha la serviette qui lui ceignait les reins et passa l'un des coins entre ses doigts de pied pour absorber les dernières gouttes d'humidité. Dans la glace, on pouvait voir à qui il ressemblait, le blond qui joue le rôle de Slim dans Hollywood Canteen. Sa tête était ronde, ses oreilles petites, son nez droit, son teint doré. Il souriait souvent d'un sourire de bébé, et, à force, cela lui avait fait venir une fossette au menton. Il était assez grand, mince avec de longues jambes, et très gentil. Le nom de Colin lui convenait à peu près. Il était presque toujours de bonne humeur, et le reste du temps il dormait.

Il vida son bain en perçant un trou dans le fond de la baignoire. Le sol de la salle de bains, dallé de grès cérame jaune clair, était en pente et orientait l'eau vers un orifice situé juste au-dessus du bureau du locataire de l'étage inférieur. Depuis peu, sans prévenir Colin, celui-ci avait changé son bureau de place. Maintenant, l'eau tombait sur son garde-manger.

Il glissa ses pieds dans des sandales de cuir de roussette et revêtit un élégant costume d'intérieur, pantalon de velours à côtes vert d'eau très profonde et veston de calmande noisette. Il accrocha la serviette au séchoir, posa le tapis de bain sur le bord de la baignoire et le saupoudra de gros sel afin qu'il dégorgeât toute l'eau contenue. Le tapis se mit à baver en faisant des grappes de petites bulles savonneuses.

Il sortit de la salle de bains et se dirigea vers la cuisine, afin de surveiller les derniers préparatifs du repas. Comme tous les lundis soir, Chick venait dîner, il habitait tout près. Ce n'était encore que samedi, mais Colin se sentait l'envie de voir Chick et de lui faire goûter le menu élaboré avec une joie sereine par Nicolas, son dernier cuisinier. Chick, comme lui célibataire, avait le même âge que Colin, vingt-deux ans, et des goûts littéraires comme lui, mais moins d'argent. Colin possédait une fortune suffisante pour vivre convenablement sans travailler pour les autres. Chick, lui, devait aller tous les huit jours au ministère, voir son oncle et lui emprunter de l'argent, car son métier d'ingénieur ne lui rapportait pas de quoi se maintenir au niveau des ouvriers qu'il commandait, et c'était difficile de commander à des gens mieux habillés et mieux nourris que soi-même. Colin l'aidait de son mieux en l'invitant à dîner toutes les fois qu'il le pouvait, mais l'orgueil de Chick l'obligeait d'être prudent, et de ne pas montrer, par des faveurs trop fréquentes, qu'il entendait lui venir en aide.

Le couloir de la cuisine était clair, vitré des deux côtés, et un soleil brillait de chaque côté, car Colin aimait la lumière. Il y avait des robinets de laiton soigneusement astiqués, un peu partout. Les jeux des soleils sur les robinets produisaient des effets féeriques. Les souris de la cuisine aimaient danser au son des chocs des rayons de soleil sur les robinets, et couraient après les petites boules que formaient les rayons en achevant de se pulvériser sur le sol, comme des jets de mercure jaune. Colin caressa une des souris en passant, elle avait de très longues moustaches noires, elle était grise et mince et lustrée à miracle. Le cuisinier les nourrissait très bien sans les laisser grossir trop. Les souris ne faisaient pas de bruit dans la journée et jouaient seulement dans le couloir.

Posté par ChildericW à 09:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]